De l’autre côté de la frontière

Interparking lance une procédure Renault Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, la direction d’Interparking a annoncé le lancement d’une procédure Renault. Zaventem, Bruxelles et la zone d’Anvers sont les principaux sites ciblés par cette mesure qui menace près de 95 emplois. Selon la direction, cette démarche fait suite aux conséquences de l’épidémie de coronavirus, mais également […]

© kyrychukvitaliy

Interparking lance une procédure Renault

Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, la direction d’Interparking a annoncé le lancement d’une procédure Renault. Zaventem, Bruxelles et la zone d’Anvers sont les principaux sites ciblés par cette mesure qui menace près de 95 emplois. Selon la direction, cette démarche fait suite aux conséquences de l’épidémie de coronavirus, mais également à l’évolution de la digitalisation qui permet aujourd’hui de gérer des parkings à distance. Les négociations avec les partenaires sociaux débuteront dès novembre et s’étaleront sur plusieurs semaines. Rappelons que le groupe belge emploie 2 500 personnes, dont 360 en Belgique, et couvre neuf pays européens.

Plus de 100 pertes d’emploi chez D’Ieteren

D’Ieteren Auto, l’importateur des véhicules du groupe VW en Belgique, compte procéder à 123 licenciements secs. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un plan de transformation mis en place depuis le 3 juin dernier. Celui-ci vise à répondre aux changements substantiels du marché automobile, en pleine mutation depuis la crise sanitaire. Le nombre des emplois supprimés était fixé initialement à 211, mais a été réduit suite à l’ouverture de 21 postes vacants en plus de la possibilité de recourir au régime de chômage avec complément d’entreprise (RCC) pour le personnel de 59 ans et plus. D’ici 2025, un budget de 182 millions d’euros sera investi pour la mise en adéquation des métiers et des services avec les nouvelles attentes des clients.

Le MIC lance un programme en faveur des PME wallonnes

Le MIC – « Microsoft Innovation Center » – a été renommé « Meet, Innovate, Create ». Le centre de technologie montois vient de lancer un nouveau programme d’aide à la numérisation dédié aux PME wallonnes souhaitant développer leurs activités et générer plus de croissance. Ce dispositif de formation a pour vocation de répondre aux différents challenges rencontrés par les prestataires IT situés au niveau des ressources humaines, de la maturité numérique de leurs clients et du marketing. Ce dernier sera lancé à partir du 1er novembre 2020 pour une durée de 14 mois. L’organisme envisage également de créer un « Experience Center » à Mons. Cet endroit permettrait de découvrir la technologie en tant que dimension qui s’intègre dans l’entreprise d’aujourd’hui pour lui donner plus de valeur.

Un centre d’entreprises dédié aux acteurs de la transition

Un nouveau centre entrepreneurial consacré aux entreprises et aux acteurs de la transition verra le jour en mars 2022. « La Menuiserie » s’implantera rue de l’Académie, au cœur de Liège. Installée sur une superficie de 2 000 m², la structure abritera des espaces de travail privatifs, une zone de coworking de 30 places, des salles de réunion et de formation équipées, ainsi qu’une unité d’alimentation durable. Elle permettra la création de 127 emplois et sera dotée de plusieurs services collectifs et mutualisés. Le projet immobilier est porté par Novacitis, une coopérative de citoyens et d’entrepreneurs. Le coût global de cet investissement s’élève à 3,2 millions d’euros.

Bpost engage 2 000 travailleurs temporaires

Afin d’affronter la période de fin d’année, Bpost compte engager au moins 2 000 travailleurs temporaires supplémentaires, avec des contrats intérimaires et à durée déterminée. En effet, elle se prépare à traiter davantage de colis pour les mois à venir, notamment pendant le Black Friday, le Cyber Monday, la Saint-Nicolas et Noël. Elle prévoit de renforcer ses activités opérationnelles qui concernent la distribution, le transport et le tri. Bpost traite entre 390 000 et 400 000 colis quotidiennement.

ING va appliquer un taux d’intérêt négatif

ING va introduire un taux négatif sur les dépôts à partir d’un million d’euros. L’institution financière imputera un taux d’intérêt de -0,50% sur le solde dépassant cette somme. Cette mesure s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises belges, et sera applicable dès le 1er janvier 2021. Cela signifie que les dépositaires devront payer des intérêts aux banques centrales pour y conserver leur argent. Cette politique monétaire a pour objectif de maîtriser les conditions économiques difficiles, comme celles liées à la crise de la Covid-19, en vue de stimuler la croissance de l’économie. Le taux d’intérêt minimum légal de 0,11% sur le compte d’épargne réglementé des particuliers est maintenu.