Tripbike, une entreprise innovante et solidaire

Hyboo, le vélo à l’empreinte carbone quasi nulle au service de l’emploi

Créée en 2015 par Carla Sarantellis, l’entreprise Tripbike, basée à Douai, vient de commercialiser son vélo écolo, innovant et solidaire. Un vélo constitué de matériaux biosourcés et au service de l’emploi. Zoom sur cette entreprise aux multiples facettes.

© Tripbike

 

Conçu avec un cadre en bambou et une assistance électrique, le vélo Hyboo existe en mode urbain comme sportif. © Tripbike

«Je suis très heureuse car nous avons commencé à commercialiser Hyboo depuis une semaine et il y a déjà plus d’une centaine de vues sur le site. Le but est vraiment de créer une communauté fidèle et bienveillante», s’exclame Carla Sarantellis, dirigeante de Tripbike. Ce vélo innovant, à l’empreinte carbone quasi nulle, pèse 15 kilos et a été pensé via l’expérience de vie de la dirigeante. En effet, durant ses quinze années de vie en Asie, elle a vite découvert que le bambou pouvait être utilisé sous toutes ses formes. «Le bambou c’est un peu comme le cochon : rien ne se perd», s’amuse-t-elle. Résistant aux UV, aux chocs et matière waterproof, le bambou s’est vite imposé comme le matériau idéal pour la fabrication des cadres de vélo. Aujourd’hui l’entreprise s’est équipée afin de pouvoir produire jusqu’à 200 cadres par jour.

Une démarche écolo, mais aussi solidaire

Le projet va au-delà d’une simple démarche écologique puisqu’il est aussi solidaire. Les cadres des vélos seront assemblés par des travailleurs en situation de handicap. «Aujourd’hui, on est en train de former deux associations pour l’insertion et la réinsertion professionnelle et humaine des handicapés. Les formateurs vont apprendre à assembler les cadres des vélos pour ensuite transmettre leur savoir-faire à leurs protégés», explique Carla Sarantellis. Une démarche à l’image de ses anciennes expériences asiatiques. Car lors d’actions humanitaires, elle a développé des activités pour les femmes des villages isolés. La dirigeante n’est pas au bout de ses idées puisqu’elle est déjà sur un autre projet. «Je suis en train de développer un casque en matériaux biosourcés, et je suis très très positive quant au vélo et aux produits connexes qui vont conceptualiser la marque Hyboo», conclut-elle.