Nouvelle direction chez Cabre

Les carnets de commandes n’ont pas désempli

Créée en 1956, l’entreprise Cabre est spécialisée dans la rénovation thermique des bâtiments. Le groupe a changé de direction le 30 juin dernier. Au beau milieu d’une période de crise inédite, Antoine Rocco, nouveau président, prend la parole à propos de son activité.

Le siège de Cabre se trouve à Courrières.

Cet été, suite au départ en retraite de l’ancien dirigeant Patrick Lhoest, Antoine Rocco a acquis la majorité du capital des sociétés composant le groupe Cabre, historiquement implanté à Courrières.

«Un cédant choisit toujours son repreneur. Et je pense que ce qui a séduit Patrick Lhoest est mon amour des hommes, mes qualités de management et mon besoin de proximité avec les collaborateurs», indique l’ancien directeur général adjoint et directeur technique et grands projets de Rabot Dutilleul construction. «Cette notion m’importe car les compagnons sont toujours sur le terrain. Nous ne sommes pas dans une usine qu’on peut rejoindre en sortant de son bureau. C’est aussi pour cette raison que nous concentrons nos chantiers dans le Nord – Pas-de-Calais. Nous cherchons une proximité avec nos salariés et nos clients», continue-t-il.

Des recrutements en cours

Le groupe emploie près de 210 salariés pour un chiffre d’affaires de plus de 35 millions d’euros. Et malgré la crise économique actuelle, l’avenir de Cabre reste prometteur. Antoine Rocco mentionne un carnet de commandes plutôt bien rempli pour les douze prochains mois, «même s’il reste quelques trous à combler», et prévoit «un chiffre d’affaires inégalé dans l’histoire de l’entreprise». Ce dynamisme est principalement dû à un décalage dans les chantiers qui n’ont pas pu avancer pendant la période de confinement. «Ce qui est certain, c’est que nous resterons dans des résultats positifs. Nous envisageons même des recrutements en CDI pour l’année qui arrive», indique le nouveau président de Cabre.

Parmi les chantiers à venir, la réhabilitation de 377 logements à Arras ou encore de 229 logements à Etaples. Mais aussi beaucoup de campagnes de maintenance.

La réhabilitation énergétique, grâce à des solutions d’isolation thermique par l’extérieur, représente 95% de l’activité de Cabre. Mais le groupe intervient également en désamiantage, finitions extérieures et intérieures, et dans le cadre de marchés tous corps d’état. Le tout auprès des bailleurs sociaux régionaux, mais aussi auprès de promoteurs immobiliers, collectivités, établissements de santé ou tertiaires… «Cette palette de savoir-faire nous permet de faire 40 à 60% de travaux de rénovation énergétique en propre. Un gros avantage face à nos concurrents».

Antoine Rocco s’inquiète cependant sur l’avenir de la filière BTP suite à l’arrivée de la Covid-19 : «Avec la généralisation du télétravail, les constructions neuves de surfaces tertiaires vont probablement ralentir, voire stopper. Avec l’expérience du confinement, les conceptions du logement vont devoir s’adapter aux envies d’espaces à vivre et d’espaces extérieurs des occupants, ce qui va ralentir, voire stopper, la concrétisation des projets qui sont dans les cartons.» Ces impacts ne sont pas mesurables dans l’immédiat.