Premières concrétisations de trois projets d’investissement

Le projet «Dunkerque, l’Energie Créative» a été labelisé par l’Etat «Territoire d’innovation» en 2019. Trois investissements qui doivent participer à cette ambition de remodeler totalement l’écosystème industrialo-portuaire pour le rendre plus vertueux écologiquement et énergétiquement viennent d’être dévoilés.

Premières concrétisations de trois projets d’investissement
Premières concrétisations de trois projets d’investissement

Le premier pprojet concerne l’entreprise dunkerquoise, Terraotherm, porté par le groupe Starklab, qui vient d’annoncer avoir levé 4 millions d’euros auprès de la Banque des Territoires et du programme d’investissements d’Avenir Territoires d’Innovation. Terraotherm est née en 2012, suite à l’invention par Jaouad Zemmouri, son dirigeant, du Terrao©. Professeur de physique à l’université de Lille, celui-ci a réussi à développer une nouvelle technologie qui permet de capter les polluants contenus dans l’air et les fumées industrielles, et de réduire notamment de 88% les particules fines. La solution Terrao© équipe notamment plusieurs stations de métro et de RER à Paris avec des résultats très concluants. Elle a aussi été choisie par l’organisme qui gère le métro de Séoul en Corée du Sud. La levée de fond annoncée doit permettre à Terraotherm de poursuivre son développement dans des solutions très prometteuses de captage de CO2, un champ de compétences qui intéresse particulièrement le territoire et ses industries, parmi les plus gros émetteurs en France.

Le deuxième projet est porté par Euraénergie et concerne l’implantation d’un pôle d’innovation à deux pas du centre-ville de Dunkerque autour de la transition énergétique et de l’économie circulaire. Dans ce bâtiment neuf de 4 400 m², dont la construction devrait débuter en 2022 pour une ouverture prévue en 2023, seront accueillis des jeunes entreprises innovantes dans le domaine de l’énergie. Celles-ci disposeront d’un hall technologique de 800 m2 pour pouvoir développer des prototypes à l’échelle 1, par exemple, des démonstrateurs pour une meilleure performance énergétique. Dans une logique de montée des compétences locales et d’appui aux projets de R&D, les deux écoles d’ingénieurs récemment implantées à Dunkerque (spécialisées en génie énergétique), l’une portée par l’IMT de Lille-Douai et l’autre par l’Université du Littoral-Côte d’Opale viendront également s’y installer. Un show-room, vitrine pour les activités de recherche et d’innovation, complètera les installations.

Enfin, Dominique Pair, responsable de l’établissement de Dunkerque d’ArcelorMittal, a évoqué l’agrandissement du réseau de chaleur alimenté par la chaleur fatale du sidérurgiste, qui, depuis 1982, chauffe de nombreux bâtiments de Dunkerque. Depuis un mois, grâce à l’installation de 16,5 km de réseau supplémentaire, celui-ci couvre 95% des besoins en eau chaude et chauffage de l’équivalent de 3 000 logements à Grande-Synthe et évite ainsi les émissions de 5 800 tonnes de CO2 par an.  Cette annonce intervient alors qu’ArcelorMittal a annoncé il y a un mois son objectif de produire un acier beaucoup plus vert à l’horizon 2030.