Entretien avec Gilles Maréchal, coauteur de "Manger au temps du coronavirus" et fondateur de Terralim, cabinet d'accompagnement des stratégies alimentaires territoriales

«Si je suis paysan boulanger et que je produis mon propre blé, les prix restent constants»

Le RMT (Réseau mixte technologique) alimentation locale, qui réunit des experts des circuits courts, a étudié leur évolution, entre pic de croissance durant la pandémie et résilience face à la crise actuelle.

Gilles Maréchal,  coauteur de «Manger au temps du coronavirus» et fondateur de Terralim, cabinet d'accompagnement des stratégies alimentaires territoriales.
Gilles Maréchal, coauteur de «Manger au temps du coronavirus» et fondateur de Terralim, cabinet d'accompagnement des stratégies alimentaires territoriales.

La Gazette : Les circuits courts sont souvent décrits comme une pratique vertueuse, mais plutôt marginale. Qu'en est-il ? Gilles Maréchal : En termes de chiffre d'affaires, la consommation alimentaire via les circuits courts représente environ 10% de celle des ménages. Côté producteurs, près du quart des fermes ont adopté cette pratique et le chiffre est en augmentation : en ...

La lecture de cet article est reservée aux abonnés


La Gazette Nord-Pas de Calais

Il vous reste 79% à découvrir. Abonnez-vous !


A partir de 3€/mois


Je me connecte Je m'abonne