Une usine de production d’acier à base d’hydrogène pourrait s’implanter à Dunkerque

Une usine de production d’acier à base d’hydrogène pourrait s’implanter à Dunkerque
Une usine de production d’acier à base d’hydrogène pourrait s’implanter à Dunkerque

Liberty Steel, propriétaire d’Alvance aluminium Dunkerque, Paul Wurth, groupe luxembourgeois spécialiste de l’ingénierie industrielle, et SHS-Stahl-Holding-Saar, propriétaire de l’usine de tôles fortes dunkerquoise Dillinger France, ont annoncé, via un communiqué, la signature d’un protocole d’accord portant sur la construction d’une usine de production d’acier à base d’hydrogène à côté du site d’Alvance aluminium Dunkerque, situé à cheval sur les communes de Gravelines et de Loon-Plage. 

Ce partenariat doit évaluer l’opportunité d’implanter à la fois une usine de production d’hydrogène d’une puissance d’1 GW et un site de production de minerai de fer préréduit (DRI) grâce à l’utilisation de cet hydrogène (à la place du charbon gros émetteur de CO2), d’une capacité de 2 millions de tonnes. Le DRI produit serait principalement utilisé dans le four électrique à arc de l’usine Liberty Ascoval de Saint-Saulve (près de Valenciennes). 

L’excédent serait utilisé dans les aciéries intégrées d’Ostrava (République tchèque) et Galati (Roumanie) du groupe Liberty. Ce projet entre dans le cadre des ambitions «vertes» du groupe Liberty qui vise la neutralité carbone à l’horizon 2030. Si ce projet se concrétise, cette usine serait l’une des premières de ce type en France.